Livre - LÌECHTÙNGE - CLAIRIÈRES

Premier livre d’une nouvelle collection bilingue à paraître aux Éditions du Tourneciel, dans la Collection D’Fladdermüs.
 
Mes principales contributions au projet :
 
- La création de la maquette,
- La création de la ligne graphique de la collection, avec comme éléments distinctifs :
    • Le format des livres, la couleur « gris chaud » pour la couverture,
    • L’utilisation de deux familles de typographie, Fengardo Neue pour les titres et les éléments de marque (par Loïc Sander - Licence Creative - Commons Paternité - Pas de Modification 3.0.),
Cochin pour le texte courant (par Nicolas Cochin - Copyright (c) 1981 Linotype AG and/or its subsidiaries),
    • La reliure cahiers cousus, le choix des papiers et la finition SoftTouch (peau de pêche) pour la couverture,
- La création du logo de la maison d’édition (premières mises en situation),
- La création du visuel original pour la couverture, travail à l’encre de chine,
- Conception et création des supports de communication.
Le flyer de présentation et bon de commande du livre : 
Note d’intention pour les Éditions du Tourneciel
 
Enfant chéri des muses, mais parent pauvre de la littérature, la poésie continue à susciter préjugés et malentendus. Parce qu’on la prétend illisible, elle serait invendable. Et parce qu’on la pense inutile, on la déclare superflue, là où nous la croyons essentielle.
Un éditeur la met-il en bonne place dans son catalogue, et il passe pour naïf, inconscient ou, au mieux, dangereusement passionné.
Ceux qui ont depuis longtemps tenté l’aventure de cette voie étroite et qui s’y maintiennent courageusement comme sur un fil toujours davantage élimé sont autant des funambules que des résistants !
En leur emboîtant le pas, les éditions du Tourneciel n’aspirent aucunement à leurs mérites. Nous les avons simplement rejoints pour répondre au découragement des petites maisons qui ont fini par jeter l’éponge. 
Si Le Chant du merle, collection qui a ouvert le bal, était promis à un faible tirage parce que le Journal intime d’un inconnu avait peu de chances de dépasser le cercle confidentiel de lecteurs avertis, cette première collection n’a pas moins permis de gagner de nouveaux adeptes à la poésie.
Et celle du Miroir des échos, qui associe des écrivains et des plasticiens,  contribue tout autant à élargir son audience, dans la mesure où les résonances obtenues se sont rapidement propagées au-delà de leurs seules expressions artistiques respectives.
Cette conquête de nouveaux lecteurs de poésie est aussi la principale ambition des dernières-nées, les collections quasi jumelles de L’écureuil volant et de la Fladdermüs, l’une dédiée aux auteurs francophones et l’autre à ceux qui promeuvent la richesse de notre langue en illustrant son formidable potentiel littéraire.
En somme, plusieurs collections au service d’un seul et même projet : donner à lire et à entendre la poésie. Et pour ce faire, se méfier de la mode, du convenu, des théories et du culte du maudit. Mais accueillir, au contraire, le jeune, l’original, l’inédit. Et oser avant tout le risque. Y compris celui de se tromper et de se contredire.
Rien qu’oser... oser pour la promesse de la rencontre et la joie du partage !
Logo des Editions du Tourneciel :
Recherches graphiques, logos et couvertures alternatives :

Découvrez mes autres créations

Livre - La belle inconnue : nouvel éloge de Sélestat
Gabriel Braeuner semble bel et bien avoir offert à Sélestat le livre qui lui manquait. Que ce soit en historien avisé ou en simple jeune citoyen de la cité humaniste qui se découvre l’âme d’un poète en flânant dans ses ruelles, il promène partout son regard émerveillé.
Livre - Catalogue d'exposition. RAKU Anne Zimmermann
Livre - Catalogue d'exposition de céramiques RAKU Anne Zimmermann, Artiste plasticienne Missions : Conception et réalisation graphique du catalogue et du carton d’invitation à l’occasion de l’exposition Raku - 2005 - Hall de la Mairie d’Altkirch. Format du catalogue : A5 Horizontal, 46 pages. Don quatre pages imprimées en CMJN sur film translucide, situé en tête de chapitre. Quatre pages de texte en bandeau, sur papier recyclé brut, 1/2 format horizontal 70 * 210 mm, calées sur la tranche basse du livre. Les reproductions photographiques des œuvres imprimés sur CMM, reliure dos carré collé.
Livre - Camille BRAUN : la Grande Guerre à coups de...
Livre - Camille BRAUN : la Grande Guerre à coups de crayon
Livre - La Vancelle naturellement
A la fois reflet de l’âme du village et de l’esprit d’un lieu, La Vancelle naturellement est le livre collectif de villageois fiers de leur commune.
Livre - Chemins des vitalités 2014 - Martin Adamiec
Deuxième livre de la collection l'Écureuil volant aux Éditions du Tourneciel.
Livre - Ich ben a bées frau Je suis une méchante femme
Beau livre bilingue illustré, texte de Pierre Kretz, dessins de Dan Steffan.
Livre - Aurores des lichens
Poésie, création graphique et photographie connectée sur la nature.
Livre d’artistes - Le Komboloï des îles
Livre d’artistes, L 19,5 x H 19 cm, 144 pages Le Komboloï des îles Photographies de Philippe Lutz / Textes d'Albert Strickler
Livre - Les aigrettes des cirses dans le jour qui naît
Nouvelle parution d’un recueil de poèmes de Jean-Christophe Meyer dans la collection l’Écureuil volant des Editions du Tourneciel. Maquette et illustration de couverture - travail à l’encre de chine.
Livre d'artistes - La lumière la mort
Livre d’Artistes, La lumière la mort Mes principales contributions au projet : - Mise en place de la ligne graphique d'une nouvelle collection de livres, à l’occasion de la création de la Collection Le miroir des échos aux Editions du Tourneciel. Comprenant les caractéristiques des typographies, du format, de papier, de la reliure et de la finition de l’ouvrage. - La conception et la création de la maquette originale des pages et de la couverture du livre, - La reproduction photographique ou numérique de certaines œuvres originales de Dan Steffan, Présentation du livre : La peinture de Dan Steffan. La poésie d’Albert Strickler. Les portraits bouleversants et les paysages habités de l’une et la « mélancolie solaire » de l’autre, pour reprendre le titre de Claude Vigée, auquel un triptyque du livre rend par ailleurs un émouvant hommage. La lumière la mort, ni commentaire ni illustration, mais résonance et rencontre d’abord, puis fertile compagnonnage où chacun s’enrichit de l’avancée de l’autre au gré d’une errance dans tous les automnes possibles. Comme si les lointains giboyeux, la buée sur les lacs, les premiers coups de fusil dans la forêt, la rêveuse chute des feuilles mortes, le brame du cerf ou les idéogrammes du vol des oies sauvages n’étaient que les signes tangibles, aussi fugitifs ou vaporeux qu’ils soient, d’une réalité à la fois plus essentielle et plus mystérieuse où le Temps lui-même s’affirmerait en s’exhaussant sans cesse de son propre abîme. La Lumière la mort. La poésie de la peinture. La peinture de la poésie. Pour une seule et même musique. Qui serait celle où Mozart rencontre Schubert. Douloureuse et magnifique. Qui exulte et déchire ! Présentation de la collection : La Lumière la mort constitue le premier volume d’une nouvelle collection. Celle-ci, LE MIROIR DES ÉCHOS !, associe un plasticien à un écrivain ou poète, dont la rencontre se traduit prioritairement par la mise en résonance des oeuvres respectives, sans exclure toutefois d’autres formes de collaboration comme l’illustration, le commentaire, voire l’étude. En parallèle du livre, qui en représente l’aboutissement le plus concret et le moins éphémère, chaque rencontre est par ailleurs aussi amenée à se multiplier au gré de différents événements – expositions, performances, lectures – et des nouveaux échanges susceptibles d’en résulter.
Haut de page